Pendant leur tour du monde, Corentin et Robin ont passé quelques semaines dans le désert du Sahara à vivre avec Abdu, jeune marocain d'origine Touareg. Dans ce contexte, ils rencontrèrent son père Mohammed, dont le Sahara fut la maison pendant 70 ans de sa vie. Ils racontent.

Touareg and camels in sahara desert

Qui voudrait vivre dans le désert ?

Sahara dunes in the desert

Le désert du Sahara c'est plus de 9,2 millions de km² d'une terre aride et, disons-le, plutôt austère. Pourtant, bien qu’extrêmement dépeuplé c'est loin d'être une terre complètement déserté par toute forme de vie humaine comme on pourrait l'imaginer. Alors qui sont ces gens qui ont choisis ce mode de vie qui paraît si difficile ? Et puis l'ont-ils vraiment choisis ? Parce qu'après tout, qui pourrait vraiment vouloir vivre dans le désert du Sahara ?



Touareg taking tea in sahara desert

Tout d'abord, que trouve-t-on dans le désert ? Et bien, en premier lieu, on y trouve des villes. Souvent situées à la limite elles sont les "portes" de cette immense zone aride et assure la connexion avec les régions plus peuplées. Ensuite, on peut aussi y trouver des campements fixes, souvent aménagés en hôtels pour les touristes. Ils sont situés légèrement plus loin que les dernière villes tout en restant assez près de la limite du désert. Et puis, il y a les nomades. Ceux qui voyagent à pied avec leurs animaux, établissant leur campement d'une oasis à une autre en suivant des routes bien précises et en parcourant de grandes distances sur toute la largeur du Sahara. Ce mode de vie peut paraître effrayant et difficile mais pourtant, pour une bonne partie d'entre eux, c'est un choix qu'ils font sans la moindre hésitation.


L'Homme libre

Les nomades vivent des bêtes qu'ils élèvent. Les chameaux, ânes et chèvres qui les accompagnent dans le désert sont leur principale source de nourriture mais pas seulement. La peau des animaux devient la tente qui les abrites et les dents, des bijoux qu'ils vendront au marché en échange de farine de blé, de thé ou de semoule etc. Ce mode de vie simple, Mohammed le connaît depuis son plus jeune âge, et aujourd'hui, 75 ans plus tard il en raffole toujours autant.


"La vie est simple dans le désert, tu n'as rien d'autre à penser que de surveiller tes animaux. Il n'y a pas de problèmes, pas de tracas. Nous sommes libre d'aller où l'on veut quand on veut sans avoir à se préoccuper de quoi que soit.". Tel fut la réponse d'Abdu quand je lui demandais pourquoi les nomades vivaient-ils dans le désert. Alors je compris que les nomades ne vivaient pas dans le désert par obligation mais simplement parce que c'est là qu'ils se sentent libre. Ce mode de vie qui serait extrêmement contraignant pour nous autres occidentaux est en réalité une libération pour les touareg de l'autre côté de la Méditerranée.


Un mode de vie menacé


Traditionnellement, les touareg partaient du Maroc, d'Algérie ou de Lybie et traversaient le Sahara jusqu’à Tombouctou, au Mali, où ils vendaient leurs pièces d'arts ou leurs animaux en échange de quelques biens indispensable. Ce périple qui durait environ 1 an est désormais bien difficile à réaliser en raison du réchauffement climatique. En effet, les Oasis se font de plus en plus rares et il devient difficile pour les animaux de survivre au désert et donc par conséquent, pour les nomades aussi.


Mohammed, ainsi que ses confrères, attendent donc que la pluie revienne pour reprendre la route du désert. Avec leur mode de vie, ce ne sont pas eux qui ont le plus gros impact sur le réchauffement climatique, bien au contraire, et pourtant, injustement, ils font parties des premières victimes. Malgré tout, Mohammed reste confiant : "Dès que la pluie reviendra, alors les nomades retourneront dans le désert."


Retrouve plus d'article sur les modes de vie alternatifs par ici !


Publié le 9/29/2021

84

La vie de nomade dans le désert du Sahara

Catégorie(s)

Votre avisPas terriblePas convaincu BienTrès bienExcellent Votre avis

Tendance

Urban Life
3.0

Votre avis

Notez cet articlePas terriblePas convaincuBienTrès bienExcellentNotez cet article

Photo/j