En Avril 2021, Rakonto participait à une formation Erasmus+ axée sur l’esprit critique et l’éducation aux médias proposée par l’ONG Ukraino-Polonaise Logos dans le cadre du mouvement Skepsis. Voici les outils que nous avons retenus pour vous.


- Naissance de Skepsis - Raisonnements Fallacieux

- Se forger un esprit critique - Biais Cognitifs

- Discerner les faits et les jugements - Conclusion


Les projets Erasmus+ sont des projets européens imaginés et organisés par des associations partout en Europe et financés par la commission européenne. L'objectif de ces projets étant toujours d’éduquer de façon non-formelle un groupe multiculturel de personnes venant de divers pays européens sur une thématique particulière.


Par ailleurs, l’ONG Logos a pour objectif de donner la possibilité à des jeunes défavorisés de recevoir une éducation non-formelle et ainsi d’avoir les outils pour créer sa propre opinion et agrandir son ouverture d’esprit. Dans cette optique, ils créent le mouvement Skepsis, un mouvement dont l’objectif est de partager des outils pour affiner son esprit critique et ainsi, éviter la désinformation notamment chez les jeunes gens défavorisés qui sont souvent les premières victimes des fausses informations.


NAISSANCE DE SKEPSIS

L'idée du mouvement naît lorsque Markus, un jeune ukrainien, rend visite à sa grand-mère en Crimée dans le sud de l'Ukraine. Il réalise alors que sa grand-mère, qui avait vécue durant l'occupation soviétique, était évidemment une communiste convaincue. Mais en même temps elle était aussi devenue orthodoxe après la chute du régime soviétique ce qui n'avait aucun sens puisque l'URSS condamnait toute forme de religion.


Aujourd'hui envahie par la Russie, elle est persuadée que l'endroit le plus sûr au monde se trouve en Sibérie. Markus réalise alors à quel point les croyances de sa grand-mère sont pleines d'incohérences. Il réalise aussi que toutes ces incohérences viennent de la propagande dont elle a été victime au cours de toutes ces années, elle qui aujourd'hui encore continue de croire que la télévision dit toute la vérité.


Il pensa alors qu'il était extrêmement important pour les jeunes aujourd'hui de se forger un esprit critique pour éviter de se retrouver dans la même situation. Ainsi lorsqu’il retourna en Pologne où il vivait, il créa l’ONG logos et le mouvement Skepsis.


SE FORGER UN ESPRIT CRITIQUE

Avant de fournir des outils pour forger son esprit critique essayons de définir ce terme convenablement. On peut commencer par une activité intéressante à faire pour savoir comment définir soi-même l'esprit critique :

  • Écrivez un alphabet sur une feuille. Pour chaque lettre de l'alphabet tentez de trouver le mot qui, selon vous, correspond le plus à l'esprit critique. À partir des mots de votre feuille essayez d'écrire votre définition.

Cet exercice est intéressant car il existe de nombreuses définitions à l'esprit critique. D'après Wikipédia on peut le définir comme :

Les capacités et attitudes permettant des raisonnements rigoureux afin d'atteindre un objectif, ou d'analyser des faits pour formuler un jugement.

En conclusion on trouvera régulièrement des termes tels qu'analyser, chercher, discuter et s'informer car ce sont les meilleurs moyens pour éviter la désinformation et c'est à ça que correspond l'esprit critique.


QUELQUES OUTILS

1. Discerner les faits et les jugements

"Analyser des faits pour formuler un jugement." Voici donc la base de l'esprit critique, elle est extrêmement importante, et pourtant pas si évidente. Apprendre à discerner un fait d'un jugement vous permettra d’utiliser votre logique et de ne pas être guidé par vos émotions.


Un fait est:

  • Objectif: événement matériel ou immatériel.

  • Temporel: réalisé et terminé dans le temps.

  • Observable: on peut le vérifier scientifiquement.

Un jugement est :

  • Subjectif: une émotion, pensée ou opinion.

  • Morale: est considéré comme bien ou mal.

  • Atemporel: dépourvu de temporalité précise.

  • Inobservable: absence de preuve. Non quantifiable.

En effet même si les faits peuvent parfois être faux la différence majeure qu'il y a entre un fait et un jugement est que le fait peut toujours être vérifiable, il est accompagné de preuves scientifiques et de démonstrations qui font que l'on peut le vérifier. D'un autre côté, le jugement est toujours biaisé et on ne peut pas se fier à un jugement pour se forger une opinion.


Exemple : "Les cas de COVID-19 ont énormément augmentés cette semaine." Cette phrase est un jugement car le mot “énormément” exprime un point de vue et non une quantité. Un fait serait : "Les cas de COVID-19 ont augmenté de 10% cette semaine"


Discerner un fait d'un jugement nous permet de pouvoir au maximum se créer sa propre opinion sans être influencé par l'émotion d'autres personnes. Cependant ce n'est pas suffisant pour ne pas être "manipulé" car mis bout à bout, ces faits font partis de raisonnements qui peuvent parfois être tout aussi fallacieux.


2. Argumenter face à des raisonnements fallacieux

Chaque jour, nous faisons face à des raisonnements fallacieux qui sont des argumentations, ou raisonnements faux malgré une apparence de vérité. Les raisonnements fallacieux (ou les sophismes) sont très courants aujourd’hui, à une époque ou les réseaux sociaux jouent un rôle clé dans l'information. Toutefois, il est possible de s'en protéger en apprenant à les reconnaître. En effet il existe un petit nombre de raisonnements fallacieux que l'on retrouve couramment et en les mettant en évidence on peut démonter une argumentation.


Aujourd'hui, les logiques fallacieuses sont régulièrement utilisées notamment dans le cadre familial, avec des amis ou même en politique. Il faut savoir reconnaître ces logiques fallacieuses et il faut savoir aussi les dénoncer lorsqu'on les voit afin d'éviter la manipulation de certaines personnes autour de quelques informations.


Quelques raisonnements fallacieux récurrents :

L’épouvantail : Vous déformez les propos d’autrui pour les rendre plus facilement critiquables.

Ex : "Vous ne voulez pas mettre au point ce programme de construction de porte-avions ; je ne comprends pas pourquoi vous voulez laisser notre pays sans défense."


La proposition "je suis contre la construction d'un porte-avions" a été détournée en "je suis contre la défense de mon pays", argument beaucoup plus facile à mettre en défaut.

Appel à l'émotion : Vous manipulez des réponses émotionnelles au lieu de fournir un argument valide solide.

Ex : Luc ne voulait pas manger sa cervelle de mouton accompagnée de morceaux de foie et de choux de Bruxelles, mais son père lui dit de penser à tous les enfants affamés et pauvres qui n’ont pas la chance d’avoir quelque chose à manger.

La pente savonneuse : Vous affirmez que si nous acceptons A alors Z se produira inévitablement, et qu’il ne faut donc pas que A ait lieu.

Ex : Frigide Barjot affirme que si nous autorisons les couples de même sexe à se marier, nous autoriserons bientôt les gens à épouser leurs parents, leur voiture, voire des singes.

D'autres exemples de raisonnements fallacieux


Désormais on sait reconnaître un fait ainsi que des raisonnements fallacieux et nous sommes donc armés pour éviter la désinformation. Mais il reste un ennemi qui est sans doute le plus difficile à vaincre car il se trouve en nous-même. Et oui parfois notre propre cerveau nous joue des tours et nous pousse à un raisonnement faussé par les biais cognitifs.


3. Reconnaître ses biais cognitifs

Il paraît très difficile d'expliquer avec précision les biais cognitifs dans un article aussi court. C'est pourquoi je vais me contenter de dire que ce sont des bugs ou des failles de notre cerveau qui alternent notre jugement.


Il existe plus de 200 biais cognitifs différents chez l'être humain. Nous sommes tous plus ou moins sensibles à de multiples biais et c'est pourquoi il est important de les connaître afin de les reconnaître en nous même lorsqu'ils se présentent. Malheureusement, il est bien plus simple de voir les biais cognitifs chez les autres que chez soi, mais en étant attentif on peut en déceler un certain nombre.


Évidemment je ne vais pas lister 200 biais ici mais voici une listes avec quelques exemples pour que vous compreniez de quoi il s'agit.

Trouvez vos biais cognitifs sur ce quizz.


CONCLUSION

Dans cette article, nous avons abordé de nombreuses notions pour mieux comprendre ce que signifiait "avoir un esprit critique" mais aussi quelques outils utiles. Pour terminer, voici les 5 étapes fondamentales à retenir pour renforcer sont esprit critique :

  1. Prendre du recul en évaluant ce que l'on entend, lit ou décide de faire.

  2. Poser des questions. Sur tout et à tout le monde.

  3. Faire ses propres recherches.

  4. Connaître nos propres biais pour être conscient des raisons qui nous poussent à émettre un jugement.

  5. Séparer les faits et les jugements pour se faire une opinion en évitant d'être influencé.

Voilà, c'est la fin de cet article. Pour plus d'informations sur le sujet vous pouvez explorer ce Google Drive. Nous ferons aussi probablement d'autres articles à ce sujet alors abonnez-vous à la newsletter pour ne pas les rater !

Publié le 5/3/2021

20

Comment renforcer son esprit critique ?

Catégorie(s)

Votre avisPas terriblePas convaincu BienTrès bienExcellent Votre avis

Tendance

Urban Life
3.0

Votre avis

Notez cet articlePas terriblePas convaincuBienTrès bienExcellentNotez cet article

Photo/j